LES PARLERS ARCHÉO-LIGURES SELON WERNER FORNER

 

Pour tester les hypothèses de travail de Forner, nous nous sommes livrés à un exercice pratique : nous avons pris un poème d’Alan Pelhon en Niçois normalisé, avec une transcription de J-L. Caserio en Mentonnais et en graphie mistralienne4 ; puis, nous avons mis en regard des transcriptions (graphie normalisée) en Brigasque (Di- dier Lanteri), Mentonnais, Provençal Rhodanien et Languedocien. Soit la possibilité de comparer plus f nement 5 dialectes occitans en graphie néo-classique et l’un d’entre eux en graphie mistralienne. Rappelons tout d’abord les hypothèses de Forner : 1° Au tout début du haut Moyen-Âge, entre Menton et Arma di Taggia ainsi que dans le fond des vallées, re- spectivement jusqu’à La Brigue, Pigna et Triora, on parlait un archeo-ligure alpin, mélange de celto-ligure pré- latin, de parlers locaux, le tout vaguement latinisé. — La poussée génoise et donc ligurienne (et non ligure) du XI° siècle est arrivée jusqu’aux portes de Menton sans y pénétrer et a remonté les vallées sans atteindre Breil, Sospel, Pigna et Triora. Dans un second temps, Pigna et Triora se sont laissés, largement mais non totalement, imprégner par le Ligurien, alors que Menton, Sospel, Breil, Fontan, Saorge et La Brigue ont formé un noyau dur de résistance archéo-ligure alpin. — La poussée provençale du XIV° siècle n’aurait fait, selon Forner, que donner un « vernis » (sic) occitan aux parlers des villes et villages ci-dessus qui sont restées ligure (mais non liguriennes) malgré cette teinture de surface.

Note technique

Avant de vérif er ces hypothèses, quelques notations techniques sont nécessaires pour lire les poèmes comparés : 1. Didier Lanteri a eu quelques diff cultés à transcrire le poème en Brigasque. Certes, la majorité des mots occitans niçois se retrouvent dans la version brigasque; mais ils sont oralement prononcés avec des sonorités diff cilement inscriptibles avec les outils fournis par la graphie occitane normalisée. Ainsi, à titre d’exemple, il a dû ajouter un « ë » pour marquer les « e muets » très nombreux dans ce dialecte et inconnus dans le reste de l’espace occitan. Pour beaucoup de mots, il a dû accepter des compromis. Il nous faudra intégrer cette diff culté dans la réf exion. 2. La version en Mentonnais normalisé produit oralement les mêmes sonorités que la version de J-L. Caserio en graphie mistralien. Heureusement !!! On notera toutefois que le positionnement des pronoms personnels n’est pas le même. Ceci s’explique simplement : absent de Menton depuis 50 ans, j’écris au mot à mot un Mentonasc comme on me le parlait et comme je le parlait dans une vallée précise de la ville et dans un milieu social très modeste. Par contre, J-L. Caserio maîtrise un dialecte plus riche et plus global. Il va de soi que qui veut écrire au- jourd’hui dans un Mentonnais élégant doit positionner les pronoms comme il le fait. Si j’ai marqué la différence, c’est pour montrer que dans certains lieux et dans des milieux très modestes, le Mentonasc était plus nissardisé et donc plus occitanisé qu’au niveau plus vaste et plus littéraire du dialecte où des traces d’une situation ancien- ne subsistent plus nettement. Par ailleurs, un nombre non négligeable de mots utilisés par J-L. Caserio dans ses œuvres littéraires étaient inconnus dans le milieu où j’évoluais : ainsi, pour n’en rester qu’au poème, je n’avais jamais entendu jusqu’à aujourd’hui le verbe « salhar » car nous disions exclusivement « tastar ». Ici aussi, il faudra en tirer des conséquences.

 

Alan Pelhon en Nissard normalisat


Pilhar cada minuta que ven
Coma una minuta d’eternitat
La si faire petar plan plan
Li uèlhs sarrats
Sensa tròp bolegar
Coma se si faguesse una transfusion de jòia
La pilhar coma la maire bressa lo pichon
La pilhar per la man
E s’anar passejar en lo sant joan
La tastar emé lo dintre de la pel
Mefi 
Si pòu espaventar
Bessai li caudrà cantar l’aria dei còlas
Quora a tròp plòugut
L’odor de la terra sota li castanhiers quiets
la música plorinhoa dei fònts
Bessai la caudrà regarjar
L’escotar
Li donar de baietas
e provar de la si gardar
Aquí
Au mitan dau còr

Revida de J-L. Caserio en
Mentounasc mistralen

Pilhà cada menuta que ven
Couma una menuta d’eternità
Fà-se-ra petà pian pian
U uelhe serrà
Sensa trop boulegà.
Couma se fouguessa una transfusian de jòia
Pilhà-ra couma a maire bressa ou pichan
Pilhà-ra per a man
A anà-se passejà ent’a revèndoura
Salhà-ra dame ou dintre da pel
Mefi 
Pouhe spaventà-se
Forshi carrerà cantà-ri r’ària de mountagne
Quora a trop piougù
R’audoù da terra souta u castagnìe quiet
A mùsica piourinousa de fouante
Forshi carrerà gardeà-ra
Scoutà-ra
Dounà-ri de bajete
E provà de gardà-se-ra
Aquì
Au mitan dou couhe.


Revirada de J. Ansaldi en Mentonasc normalisat


Pilhar cada menuta que ven
Coma una menuta d’eternitat
Se la far petar pian pian
U uelhe serrat
Sensa tròp bolegar
Coma se foguessa una transfusian de jòia
La pilhar coma la maire breça lo pichan
La pilhar per a man
E anar se passejar ent’a levendora
La salhar1 dame lo dintre da pel
Mefi 
Poe se spaventar
Forsci calerà li cantar l’ária de montanhe
Quora a tròp piogut
L’audor da terra sota lu castanhíe quiet
A música piorinosa de foante
Forsci calerà la gardear
La scotar
Li dona de baijete
E pròva de se la gardar
Aquí
Au mitan do coe.

Revirada de D. Lanteri en Brigasc normalisat


Pilhar onhi mënuta que ven
Còm na mënuta d’ëtërnitat
Farlassé pëtar chan chanin
Li uèlhi chavái
Sensa tròp bolëgar
Còm s’ël li fossë una transfusion de jòia
Pilharlá còm la mai que la cuna ël se fantet
Pilharlá për la man
E ëndar a promënarsé ën lë sant joan
Tastarlá con ël dëdintrë de la pèe
Afet
Un pòu spavëntarsé
Fòrs ër calërá cantarlí l’aria de le còle
Quand l’a tròp chòuvut
L’odor de la terra sota e castanhe quiete
la música chanhera de li fontan
Fòrs vëntërá goaitarlá
Ascoitarlá
Farlí di bajin
E provar de tenorlassé
Cossí
Ën megë al còr.


Revirada de J. Ansaldi en Lengadocian


Prene cada minuta que ven
Coma una minuta d’eternitat
Se la far petar lentament
Los uelhs sarrats
Sens tròp bolegar
Coma se foguèsse una transfusion de gaug
La prene coma la maire breça lo pichon
La prene per la man
e s’enanar passejar dins l’aspic
La tastar amb lo dintre de la pèl
Mefi 
Pòt s’espaventar
Bensai caldrà li cantar l’aria de las montanhas
quand a tròp plogut
L’odor de la terra jòs los castanhiers quiets
La musica ploraira de las fonts
Bensai caldrà l’agachar
L’escotar
Li balhar dels potons
e ensajar de se la servar
Aquí
Au mitan del còr

Revirada de J. Ansaldi en Provençau Rhodanenc


Prene cada minuta que ven
Coma una minuta d’éternitat
Se la far petar plan-plan
Lei uèlhs sarrats
Sens tròp bolegar
Coma se foguèsse una transfusion de jòia
La prene coma la maire breça lo pichon
La prene per la man
E s’enanar passejar dins l’espic
La tastar ame lo dintre de la pèu
Mefi 
Pòt s’espaventar
Bensai caldrà li cantar l’aria de lei montanhas
Quand a tròp plogut
L’odor de la terra sota lei castanhiers quiets
La musica ploraira de lei fònts
Bensai caldrà l’agachar
L’escotar
Li donar dei potons
e provar de se la servar
Aquí
Au mitan dau còr


Comparasion des Versions

Quand on compare entre elles toutes les ver- sions normalisées (Mentonnaise, Brigasque, Niçoi- se, Rhodanienne et Languedocienne), on note certes quelques variations de vocabulaire et quelques dif- férences dans la syntaxe des pronoms par exemple. Mais ces différences n’altèrent en rien l’inter-com- préhension d’un bout à l’autre de l’espace occitan. Un test a été fait : toutes les versions, y compris le Mentonasc et le Brigasc, ont été lues et comprises sans diff cultés près de Toulouse. Au niveau de l’écriture, l’Occitan est bien cohérent de Menton à Bordeaux et de La Brigue à Limoges.
Il apparaît donc que la troisième thèse de Forner peut être largement mise en doute : à Menton, l’occitanisation du XIV° siècle ne consi- sta pas en un simple « vernissage », mais produisit une révolution linguistique radicale, sans doute de manière progressive. A La Brigue, l’imprégnation occitane, bien que certaine, fut probablement plus complexe qu’à Menton. Là aussi elle fut progressi- ve puisqu’il faut y inclure la poussée niçoise quand la Brigue fut rattachée au comté de Nice au XV° siècle, coupée de la Ligurie par la politique et du Piémont par les montagnes. D’où le fait que, au niveau de l’écrit, la transcription de Didier Lanteri soit aujourd’hui tout à fait lisible à Toulouse. Au niveau de l’écriture, on ne peut plus parler de langues archéo-ligures à l’Est de l’espace occitan et, pour peu qu’on utilise la graphie normalisée, l’intercommunication écrite est de règle. 2. Pourtant, à y regarder de plus près, on note déjà, dans l’écriture elle-même, la résistance d’une situation antérieure qui pointe le bout de son nez : quand on compare la version en mistralien de J-L. Caserio et la version brigasque normalisée de D. Lanteri, on note une grande proximité dans la syn- taxe et le positionnement des pronoms, signes que l’Occitan classique est ici freiné par une pesenteur probablement issue de couches antérieures du lan- gage5 . On peut de plus se demander si cette inter- communication pan-occitane constatée au niveau du vocabulaire écrit fonctionnerait de la même manière au niveau de l’oralité ! Un Languedocien compendrait-il facilement ces mêmes versions poétiques lues par un Brigasque ou un Mentonnais ? Sans disposer ici du moindre test, on peut sans trop de risques parier que non. Cela signife probablement que la première thèse de Forner est très vraisemblable, qu’une langue commune royasque et beverasque existait dans le premier millénaire, incluant Menton, lan- gue mêlée sur fond de restes archéo-ligure alpin. Simplement, l’occitanisation a été presque totale à Menton, importante mais un peu plus relative à La Brigue qui a gardé de forts restes de cette langue ancienne, surtout au niveau des sonorités et de la syntaxe. On peut dire qu’à La Brigue, l’Occitan a vaincu largement l’archéo-ligure au niveau du vocabulaire, mais que ce dernier a rongé de l’in- térieur son vainqueur au niveau des sonorités et de la syntaxe. D’où la ressemblance du texte écrit de Didier Lanteri avec le Niçois par exemple, mais d’où aussi le fait qu’il ne serait probablement pas compris au-delà du Var si la version brigasque avait été énoncée oralement. La langue ancienne, refoulée par l’occitanisation, fait modestement retour à Menton, un peu plus vi- goureusement à La Brigue, au niveau de certains éléments de la syntaxe (place des pronoms et au- tres), mais aussi et surtout au niveau de la pronon- ciation des phonèmes.
3. Mentonasc et Brigasc ne sont donc proba- blement pas occitans d’origine, mais ils ont été occitanisés, presque totalement à Menton, avec beaucoup plus de nuances et de résistance à La Brigue. Il est donc légitime de compter ces deux dialectes dans l’espace occitan, tout en respectant leurs originalité qui tiennent au retour du refoulé d’un fond archéo-ligure (et non ligurien) qui les spécifent 6 . Il faut relever que ce n’est pas un cas unique dans le monde occitan : le Béarnais par exemple, dont nul ne doute de son occitanité, est travaillé au niveau de son énonciation par un fond hispanique qu’il s’agit d’accueillir et non de mé- priser 7 . En résumé, et pour revenir à l’article de Forner, il semble dire juste sur l’origine archéo-ligure alpi- ne de l’axe Menton-La Brigue. Les résistances qui apparaissent encore au niveau de la syntaxe et des sonorités semblent le confrmer. Par contre, là où Forner paraît passer à côté, c’est lorsqu’il parle d’un simple « vernissage » occitan à partir du XIV° siècle. Accueillis dans une graphie commune, un Languedocien un peu instruit lit ai- sément Brigasc et Mentonasc, signe que des deux dialectes font partie aujourd’hui de manière princi- pale du monde d’Òc. L’erreur semble venir d’une méthode qui devrait devenir plus modeste : loin d’une énonciation naturelle de la langue, l’étude en bureau de l’évolution des phonèmes, n’arrête pas de produire thèses et contre-thèses. (Cf. l’ac- tuel débat, au sujet du Brigasc, entre F. Toso et F. Bronzat où les deux protagonistes soutiennent des thèses opposées à partir de subtilités phonales qua- siment communes, sans que le lecteur soit en état de se décider). Seule la pratique peut conclure : un dialecte est occitan si, dans une écriture commune, il peut être lu d’un bout à l’autre de l’espace; si toutefois, au niveau de la syntaxe et de l’oralité des diffcultés ou des résistances apparaissent, c’est que cette occitanité est acquise et non d’origine, ce qui la spécife au bon sens du terme à l’intérieur de l’espace commun. Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’un dialecte revendi- que une « double nationalité » si ses locuteurs re- connaissent des parties importantes de leur langue dans deux mondes linguistiques différents. En la matière, loin des orthodoxies rigides, la souplesse devrait s’imposer.

Jean Ansaldi en collaboration avec Didier Lanteri